Série Noire

1947-1967
Petit à petit, dans cette période de reconstruction, le cinéma reprend ses habitudes et son classicisme qui sera bientôt tant critiqué par La Nouvelle Vague sous le terme de « qualité française ». Le savoir-faire des anciens (Carné, Renoir, Duvivier) est évident mais le cinéma vieillit sans vraiment savoir se renouveler. Une deuxième génération de classiques apparaît dont le maître du suspense, Henri-Georges Clouzot (le Hitchcock français) mais aussi Christian Jaque, René Clément, Claude Autant-Lara, Jacques Becker, Jean Delannoy, Jean Cocteau…

En 1945, la série noire est fondée et les adaptations au cinéma de ses romans policiers peuvent se qualifier de film noir à la française. Même si Simenon est encore adapté avec ses personnages de Maigret, Auguste Le breton par exemple saura signer quelques chefs d’œuvres parmi les polars à succès des années 50.

La Série noire apporte au cinéma un personnage des romans noirs : le détective privé, le journaliste ou le truand; charmeur et séduisant amateur de bars et de femmes.
Les adaptations française de romans sur le milieu des malfaiteurs violents et pervers, sans règles de conduite répondent aux mêmes codes que le film noir de la période classique.

La môme vert de gris, mélodie en sous-sol, Touchez pas au grisbi, Le second souffle…bref autant de succès que le cinéma français n’a pas à envier à la production américaine.